mardi, octobre 20, 2020
Enfant Santé Bébé - Marche : tout ce qu'il faut savoir

Bébé – Marche : tout ce qu’il faut savoir

-

- Advertisment -

Le trotteur est-il bénéfique pour votre enfant ? Le 4 pattes constitue-t-il une étape obligatoire ? A quel âge s’inquiéter s’il ne marche pas ? Nos spécialistes vous donnent des repères.

Pour respecter la musculature de son dos, j’évite de laisser mon bébé trop longtemps dans son siège-coque (ou son cosy).
Jusqu’à l’âge de 3 mois, n’en abusez pas durant de trop longues périodes, pour sa sieste par exemple, car la position que votre bébé y adopte n’est pas très bonne pour sa colonne vertébrale encore « molle ». Si vous devez faire un long trajet en voiture, préférez la nacelle afin que votre tout-petit puisse être allongé. Il en va de même avec le transat : jusqu’à 1 mois, inclinez-le de façon à ce que votre enfant soit en position horizontale, puis redressez-le au fil des semaines, en fonction de l’évolution de son port de tête.
Vers 1 mois, proposez-lui un mobile ou un portique positionné dans le prolongement de l’axe de son corps, un peu plus bas que ses yeux, afin de le stimuler. Il y fixera ainsi son regard – c’est plus intéressant que le plafond ! –, essayera de toucher les figurines tout en exerçant le contrôle de sa tête.

Le parc est bon pour le développement psychomoteur de mon enfant.
A la différence du tapis d’éveil, que vous pouvez proposer à votre tout-petit dès 3 mois, le parc a l’avantage d’être un espace sécurisé pour votre enfant et sécurisant pour vous. Sans risque de se blesser, il découvre son environnement et accroît ses expériences corporelles et psychomotrices facilitées par des repères stables. Amusez-vous à solliciter son attention en accrochant des jouets aux barreaux pour lui donner envie de les atteindre. Votre petit curieux ne devrait pas résister longtemps avant de chercher une solution pour se hisser.
Ce n’est pas un hasard si de nombreux enfants se mettent debout pour la première fois dans leur parc. Il prendra plaisir à recommencer jusqu’à maîtriser totalement la station debout, mais ne l’y laissez pas des heures, il s’ennuierait. Il a aussi envie et besoin d’étendre ses explorations.

Le 4 pattes n’est pas une étape obligatoire.
Il s’agit effectivement d’une étape importante du développement psychomoteur chez l’enfant, signe qu’il a acquis une certaine coordination, mais la marche à 4 pattes n’est en rien un passage obligé pour accéder à la station debout et à la marche. Certains jeunes crapahuteurs préfèrent ramper plus longtemps avant de se redresser. Ils exercent leur coordination à leur façon.

Pas d’inquiétude à avoir donc, à condition toutefois que votre tout-petit soit actif et continue de découvrir les potentiels que lui offre son corps. Il parviendra tôt ou tard à la maturité neuromotrice qui permettra d’accéder à la marche. Mais si vous le trouvez trop éteint, ou s’il ne se déplace que sur les fesses, parlez-en à votre pédiatre pour vous assurer que tout va bien.

Le trotteur n’est pas conseillé pour apprendre la marche.
Accusé de causer des chutes, le trotteur est loin de faire l’unanimité chez les spécialistes de la petite enfance. S’il est utilisé trop tôt, il peut déstabiliser l’organisation naturelle du développement, déformer la marche et le repérage du centre de gravité. Il peut également entraîner des déformations orthopédiques des membres inférieurs – jambes arquées, pieds déformés vers l’extérieur – car votre enfant va prendre plaisir à rebondir sur ses jambes même s’il n’est pas prêt à un redressement global. Il se retrouve à porter une partie de son corps alors que la maturation physiologique du tonus de ses jambes n’est pas atteinte et qu’il n’est pas assez musclé.

Laissez plutôt votre enfant gagner son propre équilibre afin qu’il se lance de façon autonome dans l’exploration de son espace, que ce soit en rampant ou avec le 4 pattes.

Le développement psychomoteur de mon enfant dépend aussi de l’alimentation.
Un tout-petit qui mange trop peut être en surcharge pondérale, devenir apathique et ne pas avoir assez de force musculaire pour se déplacer, ce qui peut le décourager dans son apprentissage psychomoteur. Mais inutile de vous stresser si votre tout-petit a quelques rondeurs, elles sont normales à son âge et disparaîtront naturellement avec l’apprentissage de la marche. Si son indice de masse corporelle est situé entre 16 et 20, tout va bien. Au-delà, votre pédiatre vous aura probablement alerté.

J’attends que mon enfant veuille marcher, même si je suis pressé.
Certes, le matin, c’est nettement plus pratique de mettre votre enfant dans sa poussette, direction la crèche, surtout si vous devez ensuite courir pour attraper le métro. Mais il est important de lui laisser le temps de marcher lorsqu’il le souhaite. A vous de vous organiser en essayant d’anticiper ce trajet un peu plus long qu’à l’accoutumée en partant 15 minutes plus tôt. Votre enfant sera heureux de vous montrer qu’il peut marcher comme un grand et sera tellement fier d’arriver ainsi à la crèche devant ses petits camarades.

Mon enfant tarde à se mettre debout, il ne faut pas l’aider en lui tenant les mains.
Même si cela part d’un bon sentiment, n’aidez pas votre enfant à acquérir plus vite la station debout ou la marche en lui forçant la main. S’il ne l’a pas encore fait seul, ce n’est pas par timidité, c’est qu’il n’a pas trouvé son équilibre et qu’il ne se sent pas encore suffisamment sécurisé pour se lancer seul. Il pourrait ressentir votre intervention comme une pression et se retrouverait en situation d’échec en ne sachant pas comment faire pour se relever seul en cas de chute. Il risquerait alors de devenir dépendant de l’adulte. C’est à lui d’acquérir son autonomie et de trouver ses repères dans son espace.

Si mon enfant ne marche toujours pas à 15 mois, il n’est pas pour autant en retard.
L’acquisition de la marche se situe en moyenne entre 12 et 18 mois. Certains enfants se mettent debout sans se lâcher car ils ne sont pas prêts. Cela dépend aussi du caractère de chacun : certains ont besoin d’explorer, de tomber, de recommencer et d’autres sont plus timides.

Toutefois, si votre enfant ne marche toujours pas à 18 mois et si vous vous rendez compte qu’il n’est pas très éveillé, qu’il n’attrape pas d’objets ou s’il ne met rien à la bouche, prenez rendez-vous avec votre pédiatre. Il vous orientera vers un spécialiste qui effectuera un bilan psychomoteur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Dernières nouvelles

Appel pour un rapatriement d’urgence: Les familles d’une quarantaine de jeunes étudiants tunisiens, bloqués aux Etats-Unis depuis le mois de mars

A Houston, dans les états de Californie ou de Floride, de jeunes étudiants tunisiens, bloqués aux Etats-Unis à cause...

Les Plus lus

Bébé : comment le protéger des intempéries

Vent, pluie, brouillard… En hiver, le nourrisson est pris...

Grossesse : les traitements naturels contre le mal de tête

Peu de médicaments sont autorisés pendant la grossesse. Aussi...
- Advertisement -

vous pourriez aussi aimerEN RELATION
Recommandé à vous